©Astrid-di-Crollalanza/Flammarion/2018-CV-CNF

Passions

Christophe Galfard, Conteur d’univers

Étudiant, Christophe Galfard voyageait dans l’univers à bord d’équations. Aujourd’hui, il joue les guides intergalactiques avec passion, ouvrant grand les portes de la science aux non-initiés. Rencontre avec un passeur de savoirs pas comme les autres.

Votre nom est très souvent associé à celui de Stephen Hawking, dont vous avez été le doctorant durant six années. Racontez-nous votre parcours et cette rencontre.

Petit, j’étais fasciné par les étoiles, ce qui n’a rien d’exceptionnel. Mais alors que la plupart des enfants changent d’intérêt en grandissant, moi je suis resté accroché aux étoiles. Du point de vue scolaire, je n’avais pas non plus grand-chose d’exceptionnel. C’est à partir de la terminale, que j’ai réellement commencé à devenir un « bon élève ». Après, les choses se sont enchaînées : j’ai d’abord fait une école d’ingénieurs en France, puis j’ai rejoint Cambridge pour boucler un cursus de mathématiques avancées. À la fin de ce parcours, les étudiants passaient une sorte de concours et les dix premiers se voyaient offrir une bourse de thèse et la possibilité de rencontrer des professeurs prestigieux, susceptibles de diriger leurs travaux. J’ai eu la chance d’être parmi ces dix lauréats et, chose incroyable, Stephen Hawking m’a proposé de travailler avec lui et de superviser ma thèse sur la perte d’informations dans les trous noirs. Au total, j’ai passé six années à ses côtés, à travailler, mais aussi à le suivre de conférence en conférence. C’est sans doute là que j’ai pris conscience de l’importance de la transmission.

 

Vous auriez pu mener une brillante carrière d’astrophysicien… mais vous êtes aujourd’hui écrivain et conférencier à temps plein. Pourquoi avez-vous ainsi bifurqué?

Le virus de la plume m’est venu avec mon premier livre. Il s’agissait d’un livre pour enfants intitulé George et les secrets de l’univers, que j’ai coécrit avec Stephen Hawking et sa fille Lucy. J’avais toujours eu plaisir à raconter la science aux enfants et l’exercice m’a beaucoup plu ! Quelques années plus tard, j’ai récidivé avec une trilogie baptisée Le Prince des nuages, consacrée au climat. Avec L’Univers à portée de main, je me suis tourné vers un public adulte, mais sans pour autant renoncer à mon approche très narrative.

 

Les trous noirs ne vous manquent pas?

Je dois bien avouer que la recherche me manque parfois… Mais je n’ai pas le temps ! En effet, le travail de vulgarisation est bien plus complexe qu’il n’y paraît de prime abord. Ce n’est pas facile, d’être à la fois lisible, accessible, intéressant et juste d’un point de vue scientifique ! Cela dit, l’activité que j’exerce aujourd’hui me procure un réel sentiment d’utilité. Je pense qu’il est primordial de contribuer à la diffusion d’une culture scientifique à l’échelle la plus large possible… il en va de l’avenir de notre société !

 

Ce magazine est dédié à l’effervescence. Pensez-vous que ce terme définit bien la nature de l’univers?

Vous ne croyez pas si bien dire ! En effet, pour certains physiciens, la phase d’inflation cosmique qui a succédé au big bang ne se serait pas arrêtée, donnant naissance à d’innombrables univers-bulles… C’est ce qu’on appelle la théorie de l’inflation éternelle…

 

Christophe Galfard

Né en 1976, diplômé de l’École Centrale Paris, il a obtenu un doctorat à l’université de Cambridge sous la direction de Stephen Hawking. Désormais écrivain et conférencier, il a publié plusieurs ouvrages pour enfants (George et les secrets de l’univers, la trilogie Le Prince des nuages). Paru en France en 2015, L’univers à portée de main a été traduit en une vingtaine de langues. Depuis quelque temps, il anime des conférences scientifiques mensuelles à la portée de tous dans un grand cinéma parisien.

Avec son dernier ouvrage, L’univers à portée de main,vous avez tous les bagages requis pour voyager aux confins de l’univers à bord de cet ouvrage unique en son genre, qui apporte un sacré coup de jeune aux livres de science traditionnels. Un space opera dont vous êtes le héros, ça vous tente ?

L’univers à portée de main, Flammarion (2017).

lectus risus. Phasellus Sed Donec elit. commodo ut id