©Unsplash/Timothy Dykes

Inspirations

Ode à la beauté

Partir à sa rencontre ne va pas sans risques car la beauté ne mesure pas sa force. Elle peut couper le souffle, éblouir, invoquer la foudre – il lui arrive même de modifier le cours de l’histoire. Y a-t-il au monde chose plus grande que la beauté ?

beaute-classique ; classic-beauty ; lustres ; chandeliers ; dorures ; gilding ; faste ; pomp ; moulures ; trim : plafonds-peints ; painting-ceiling ; sculpture ; sculptur ; ode-a-la-beaute ; ode-to-beauty ; beaute ; beauty ; ode ; nicolas-feuillatte ; ode-nicolas-feuillatte ; champagne-nicolas-feuillatte
©Unsplash/Edward Robinson
voiture-de-course ; race-car ; vitesse ; speed ; ode-a-la-beaute ; ode-to-beauty ; beaute ; beauty ; ode ; nicolas-feuillatte ; ode-nicolas-feuillatte ; champagne-nicolas-feuillatte
©Unsplash/William Daigneault

À l’époque antique où la poétesse Sappho se posait la question, les gratte-ciel n’avaient pas encore voix au chapitre. Il n’empêche. Que ce soit dans la mode, en réalité ou fiction, la beauté continue de dominer ses sujets de la tête et des épaules. Son autorité est incontestable, sans que des théorèmes puissent l’étayer. Car en dépit du nombre d’or qui définit les proportions divines dans certains chefs-d’œuvre de la peinture – comme La Naissance de Vénus de Botticelli – ou de l’architecture – à l’image des pyramides, qu’elles soient d’Égypte ou du Louvre – la beauté n’est pas de ces prodiges qu’on enferme dans une suite de chiffres, ni même de mots.

forêt ; forest ; neige ; snow ; paysage-enneige ; snowy-landscape ; sapin ; fir ; calme ; stillness ; ode-a-la-beaute ; ode-to-beauty ; beaute ; beauty ; ode ; nicolas-feuillatte ; ode-nicolas-feuillatte ; champagne-nicolas-feuillatte
©Unsplash/Todd Diemer

Elle se raconte encore moins que le bonheur, nous prévient Simone de Beauvoir. Il ne suffit pas d’ouvrir les yeux : c’est une expérience de l’ordre de l’intime, semblable au sentiment qu’on éprouve en voyant le Machu Picchu surgir des nuages au terme d’une ascension vertigineuse. Elle touche l’âme sans qu’on puisse mettre le doigt dessus, tel le reflet de la lune ayant conduit Li Po à se noyer dans la rivière, subjugué par son éclat.

harpe ; harp ; musique ; music ; harmonie ; harmony ; ode-a-la-beaute ; ode-to-beauty ; beaute ; beauty ; ode ; nicolas-feuillatte ; ode-nicolas-feuillatte ; champagne-nicolas-feuillatte
©Shutterstock/Coryn

Ses détracteurs vous diront qu’elle est vaine et vénéneuse, que lui courir après mène à la perte. Mais tout est question de perspective. La beauté trouve son sens dans la mesure où elle montre la voie. Dans nos ténèbres, écrivait René Char, toute la place est pour elle.

C’est la source de bien-être à laquelle nous venons nous abreuver lorsqu’il pleut dans nos cœurs. Magnétique, on en perçoit l’écho dans la chanson des Smiths, «  There is a light that never goes out  ». Son caractère est éphémère, ses effets mémorables. Ainsi que l’observait Paul Claudel : «  La fleur est courte, mais la joie qu’elle a donnée en une minute n’est pas de ces choses qui ont un commencement ou une fin  ».

chouette-harfang ; chouette-des-neiges ; snowy-owl ; ode-a-la-beaute ; ode-to-beauty ; beaute ; beauty ; ode ; nicolas-feuillatte ; ode-nicolas-feuillatte ; champagne-nicolas-feuillatte
©Unsplash/Zdenek Machacek

Stendhal y voyait « une promesse de bonheur  » et «  une nouvelle aptitude à donner du plaisir  » ; comme si ses charmes offraient un raccourci vers un monde meilleur.

caviar ; luxe ; luxury ; ode-a-la-beaute ; ode-to-beauty ; beaute ; beauty ; ode ; nicolas-feuillatte ; ode-nicolas-feuillatte ; champagne-nicolas-feuillatte
©Shutterstock/YARUNIV

Visage, mélodie, paysage – peu importe la forme empruntée : la beauté agit telle une profession de foi capable de convertir les plus sceptiques à l’éventualité d’un paradis terrestre.

danseuse ; dancer ; danse-classique ; classic-dance ; ode-a-la-beaute ; ode-to-beauty ; beaute ; beauty ; ode ; nicolas-feuillatte ; ode-nicolas-feuillatte ; champagne-nicolas-feuillatte
©Shutterstock/Ievgen Repiashenko

À son contact, on retrouve espoir, on recouvre la vue – on en oublierait presque de toucher terre. Car lorsque la beauté nous met en émoi, conclut Emmanuel Kant, s’exerce en nous ce trouble poétique qu’on appelle la vie.

Curabitur elit. libero sed vel, consectetur at