©WanRu Chen/Gettyimages

Inspirations

Ode à l’émotion

C’est un remède à la neutralité, une des rares choses que l’intelligence artificielle ne peut nous ravir  : l’émotion définit l’être humain comme elle le sublime, et nul algorithme ne saurait la programmer.

emotion ; œil ; eye ; larme ; tear ; larme-d-emotion ; pleurer-d-emotion ; ode-a-l-emotion ; ode-to-emotion ; ode ; nicolas-feuillatte ; ode-nicolas-feuillatte ; champagne-nicolas-feuillatte
©Shutterstock
emotion ; art-lyrique ; vocal-art ; cantatrice ; singer ; chanter ; ode-a-l-emotion ; ode-to-emotion ; ode ; nicolas-feuillatte ; ode-nicolas-feuillatte ; champagne-nicolas-feuillatte
©Shutterstock

Imprévisible est sa nature. Au gré de ses humeurs et des circonstances, elle vous fera pleurer devant ce même coucher de soleil qui la veille au soir vous rendait fou de joie.

emotion ; new-york ; new-york-manhattan ; ville-monde ; ode-a-l-emotion ; ode-to-emotion ; ode ; nicolas-feuillatte ; ode-nicolas-feuillatte ; champagne-nicolas-feuillatte
©Shutterstock

Ainsi va l’émotion, experte en pics d’adrénaline dont la vitesse de croisière se mesure au présent : elle enjambe les barrières de la langue et s’adonne à son passe-temps favori consistant à transporter ceux qu’elle croise au-delà de la raison. Chercher à la comprendre serait peine perdue, nous met en garde Fernando Pessoa  : «  Toute émotion est un mensonge pour l’intelligence puisqu’elle lui échappe  ». Son principal mérite est de nous égarer, corrobore Oscar Wilde. Comment la représenter ? Émerge l’image d’un labyrinthe toujours prompt à dévorer le fil de nos pensées… Fausse piste, nous répond Carl Gustav Jung. Loin de l’horizon chimérique qui ferait courir le sujet à sa perte, l’émotion permettrait au contraire de transformer les ténèbres en lumière. Tel le phare de l’humanité  ? Plutôt son moteur, si l’on en croit son étymologie – du latin motio –, qui indique le mouvement.

emotion ; jungle ; vegetation-luxuriante ; lush ; raie-de-lumiere ; ray-of-light ; ode-a-l-emotion ; ode-to-emotion ; ode ; nicolas-feuillatte ; ode-nicolas-feuillatte ; champagne-nicolas-feuillatte
©Shutterstock

Idée confirmée par le merveilleux film de Pixar, Vice-versa, où cinq émotions primaires animent l’esprit d’une petite fille depuis une zone cérébrale évoquant à la fois une salle des commandes et un laboratoire des sens. Jean-Paul Sartre, qui n’avait pourtant rien d’un sorcier, voyait dans l’émotion une chute de la conscience dans le magique. Comment expliquer, sinon, cette capacité à donner corps au néant  ? À se passer de mots  ? À rendre vivant chaque instant  ? Par son caractère multiple, l’émotion assume cette fonction complexe qui consiste à nous rendre unique. Elle nous touche, nous affecte, nous traverse, nous élève, dans le seul but de nous rappeler la chance que l’on a d’être né. Car au commencement était l’émotion.

vulputate, libero ut Curabitur in nunc ut commodo mattis pulvinar