@gregoire_camuzet/2018/CV-CNF

Passions

Sébastien Camuzet, le ciel pour terrain de jeu

Plutôt que de garder les pieds sur terre et se recroqueviller face au danger, les « sky divers » n’aiment rien tant que se jeter d’un avion dans l’espoir de se voir pousser des ailes. Rencontre avec un de ces fous du ciel pour qui l’audace est une seconde nature.

Audace dans la chute libre, c’est le premier saut, selon vous ?
L’audace, c’est même avant le premier saut. L’audace, c’est se dire, tiens, je ne connais pas, je sais que je vais avoir peur ; mais j’y vais parce que mine de rien, derrière cette peur, je sens qu’il y a quelque chose qui va m’émerveiller.

 

L’amour du risque, donc…
De l’inconnu, plutôt. Ce saut dans le vide, je ne sais pas du tout ce que cela va faire. Du coup, il y a plusieurs paramètres : l’attrait d’une sensation, l’attrait d’un lieu… Là, on ne parle pas d’une balade en moto. C’est particulier. Tu prends un avion, tu montes, il y a vraiment tout un cérémonial avant de sauter, qui te fait monter en pression.

 

Et comment vous est venue cette envie de tomber de haut ?
Plus jeune, j’avais particulièrement été marqué par le filmPoint Break.Et puis mon grand frère a fait de la chute libre, cela m’a donné envie. Pour mes 28 ans, j’ai organisé un week-end où nous avons tous sauté en tandem avec des amis. Cela a été une révélation. Ensuite, je me suis mis à faire 150 sauts par saison.

 

Il y a « libre », dans chute libre ; pourtant, les contraintes techniques occupent une place prépondérante dans cette discipline.
Oui et non. Car une fois que l’on a bien assimilé ces contraintes et que l’on respecte les mesures de sécurité avant de sauter, il y a vraiment une liberté totale. L’été, nous sautons même en t-shirt, en short, pieds nus !

 

Au point de ne plus avoir peur de rien ?
Avec l’expérience, la peur change de forme ; elle devient un frisson qui te permet de rester conscient. C’est celui qui n’a plus peur du tout qui risque de faire n’importe quoi.

 

Dès que l’on respecte les mesures de sécurité avant de sauter, il y a vraiment une liberté totale. L’été, nous sautons même en t-shirt, en short, pieds nus !

 

Autrement dit, la chute libre est tout sauf un truc de fous.
Tout le monde pense que nous sommes des dingues mais tout est supercalculé. Quand on saute à plusieurs, chacun à sa place, son petit carré de ciel ; il s’agit d’une vraie chorégraphie à effectuer en temps et en heure. Cela demande de la technique, et puis surtout d’être à l’écoute des autres, de soi. Dans le parachutisme, on ne peut pas tricher. C’est la règle, sinon il y aurait des morts à profusion.

 

La chute libre est un sport extrême ; pourtant, la douceur et la fluidité semblent au cœur de l’action…
Complètement ! On dit souvent que le parachutisme, c’est tomber. Mais non, c’est voler ! On touche une matière, l’air, qui est incroyable. Jouer avec le vent pour se déplacer tout en fluidité, c’est fascinant… Vraiment, il faut le faire pour se rendre compte du plaisir qu’on peut trouver là-haut.

 

Est-ce une façon d’oublier sa condition d’être humain ?
Bien sûr. Comme disait un personnage dans Point Break, « Tes bras volent comme un aigle, mec ! » (Rires).

 

Risquer sa vie, est-ce tromper la mort ou mieux appréhender la vie ?
Quand tu fais des sports extrêmes… tu deviens plus responsable. Car nous ne perdons jamais de vue que le pire peut arriver. Cela aide à prendre du recul par rapport à certaines contraintes du quotidien. La chute libre m’a appris à mieux me contrôler, à me poser : maintenant, je connais mieux mes atouts et mes faiblesses.

 

Qu’est-ce qui fait sauter encore et encore ?
On veut toujours s’améliorer. C’est assez addictif. À la base, la quête est celle du plaisir. Le plaisir infini. Et moi, aujourd’hui, je n’ai pas encore trouvé quelque chose qui me fait autant plaisir que cela.

 

Sébastien Camuzet

Si le ciel est son terrain de jeu, Sébastien Camuzet n’est pas du genre à garder la tête dans les nuages. Coach sportif, cofondateur de la salle de sport Cluster, à Paris, comédien, sportif de haut niveau, cet homme pressé jongle avec les casquettes dans le seul but de réaliser ses rêves, entouré de ses amis. Certains courent après l’argent, d’autres après la gloire ; que ce soit sur scène ou du haut d’un avion, lui préfère tomber de haut, tête la première, à la recherche d’un plaisir infini.

www.cluster-sportsclub.com

sebastien-camuzet ; ciel ; sport-nature ; sport-extreme ; chute-libre ; chute ; saut ; parachute ; sensations-fortes ; figures-acrobatiques ; tandem ; liberte ; ode ; nicolas-feuillatte ; ode-nicolas-feuillatte ; champagne-nicolas-feuillatte ; anaka ; agence-anaka ; sky ; nature sports ; sport extreme ; free fall ; fall ; jump ; parachute ; strong sensations ; perform acrobatics ; tandem ; freedom
©Shutterstock/2018/CV-CNF
accumsan ultricies suscipit Nullam ut adipiscing eget sed risus. sit